Aller au contenu principal

Le spam : réagir à un mail non sollicité

11 novembre 2010

http://www.organisons-nous.com/le-spam-reagir-aux-messages-non-sollicites/

Il y a un fléau que je déplore chaque jour à plusieurs reprises, énergivore et chronophage…  La crise ? La mauvaise foi ? La pollution ? Les mauvais payeurs ?

Eh bien non ! Pire encore qu’un mauvais payeur de mauvaise foi, le SPAM !
Je reçois plus de 95% de courriels indésirables… bien que je ne donne mon adresse que sous la torture. Je peux écrire trois articles sur le spam sans échauffement, je le ferai d’ailleurs (peut-être pas aujourd’hui quand même).

A chaque fois que j’ouvre ma boîte aux lettres, je coche tous les messages, je décoche le truc que je vais / dois lire, puis j’efface le reste. Raison pour laquelle, avant Thunderbird, mon premier client messagerie est Squirrelmail, gracieusement fourni par OVH quand vous achetez un nom de domaine (pour des clopinettes, d’ailleurs, faites-le ! Vous aurez le contrôle TOTAL ou presque sur votre messagerie.  Et une adresse email qui clashe, du genre moi@je-suis-une-sorciere.com1).

Bon, aujourd’hui, je reçois une « newsletter »2 à laquelle je ne me suis jamais abonnée, et dans laquelle le fameux lien pour se désinscrire d’un clic n’existe pas

Faire cesser l’envoi de courriers non sollicités : suivre le lien de désinscription

Quand le mail comporte ce fameux lien, généralement c’est qu’il a été conçu avec un outil professionnel de création et propulsion de newsletters, donc si je clique, je suis certaine de me désabonner. Alors, je le fais…  c’est toujours ça de pubs que je ne recevrai plus. Un clic de désabonnement versus un clic pour effacer chaque occurrence de courrier, le compte est assez vite fait.

Lien pour se désinscrire d'une newsletter : exemple

Lien pour se désinscrire d'une newsletter : exemple

Ci-dessus, c’est l’exemple classique (quoique particulièrement long) de ce que l’on devrait trouver à la fin de chaque courrier publicitaire ou commercial.  Vous obtenez un lien du genre unsubscribe-ctg0aice2aahrtcrab2frvgnpueoagta@email.- entreprise – .com. C’est tout automatique, avec votre adresse cryptée, génial, que demande le peuple ?

Page de désinscription d'une newsletter : exemple

Page de désinscription d'une newsletter : exemple

Dans l’exemple ci-dessus, tout va bien aussi : l’e-mail est récupéré automatiquement par le logiciel ,  et le changement d’adresse est prévu. Encore des pros !

J’aimerais faire cesser ces mails mais y’a pas de lien !

Moins évident : à la fin du mail, je lis « Pour ne plus recevoir nos offres, répondez simplement à ce mail en indiquant « STOP » dans l’entête. »

Bon, c’est sympa d’y avoir pensé, mais le problème c’est que je vais envoyer stop avec une autre adresse que celle sur laquelle j’ai reçu le courriel. Alors le programme automatique, il fait comment ?

Encore moins évident : l’adresse d’envoi est du genre : »no-reply@marketingdabrutis.com ».  Vous noterez le no-reply, on sent tout de suite que derrière cette adresse austère se trouve une personne disposée à prendre soin de votre requête, quelle qu’elle soit.

Je vais le contacter pour lui demander d’arrêter de me spammer !

Un p’tit lien pour arrêter ce spam honteux ? Ah non, y’a pas.  Une adresse de contact, peut-être ? Eeeuuuh non. Sur leur site alors ? Toujours pas d’adresse email, mais au moins une page intitulée « Contact Us » ! Sur laquelle il faut choisir la filiale… via une liste déroulante.

Le spammeur facilite la prise de contact

Le spammeur facilite la prise de contact

Avant d’avoir une chouette surprise !

Pour contacter mon spammeur, il me faudra vraiment ruser !

Pour contacter mon spammeur, il me faudra vraiment ruser !

Devinez où trouver l’adresse de l’administrateur du site ? Attention, c’est une question piège !

Nulle part sur le site.

Si je veux entrer en contact avec ces gens, je dois, semble-t-il leur écrire, leur téléphoner ou débarquer sur place. Et tout cela pour demander que l’on cesse de me spammer avec des courriers que je n’ai jamais demandés et qui m’em… brouillent.

Mais alors que faire pour contrer ce spam ?

Ici, comme c’est la première fois, je n’ai pas envie de porter plainte. Sachez cependant que c’est possible, j’y reviendrai.  Je cherche toujours à entrer en contact avec une personne responsable, sans avoir à téléphoner (il y a en outre de fortes chances que votre interlocuteur ne comprenne pas ce que vous voulez !).

« Heureusement », le spammeur de mon exemple a un nom de domaine en Belgique…  Un petit tour sur le site http://www.dns.be, qui enregistre tous les noms de domaines en .be, et l’on trouve enfin un mail de contact.

Adresse du responsable du site

Adresse du responsable du site

La bonne nouvelle, c’est que c’est l’adresse du responsable légal !  L’éditeur responsable, en quelque sorte…  Si le spam ne cesse pas, c’est contre lui que les instances légales se retourneront.

Bon, ben je vais lui écrire :

Monsieur,
Voudriez-vous me faire connaître la procédure à suivre pour désinscrire mon adresse moi@je-suis-une-sorciere.com de votre newsletter ?  Ou y procéder vous-même, ce qui serait encore plus apprécié ?
En effet, le lien de désinscription n’y figure pas (alors qu’il s’agit d’une obligation légale).
Je vous en serais extrêmement reconnaissante.
Vous remerciant pour votre intérêt, je vous prie de croire, Monsieur, en l’expression de ma considération distinguée.

Et j’archive précieusement ce courrier dans un dossier spécial, intitulé « spam », de mon logiciel de courrier électronique…

Ce qui me permettra, si je reçois encore la moindre sollicitation commerciale de cette entreprise, de contacter le Ministère des Affaires économiques, compétent pour traiter le spam belge en Belgique.

Ultime mesure contre le spam : la plainte

Après avoir lu ceci : http://economie.fgov.be/fr/litiges/plaintes/quelles_matieres_plainte_aupres_ADCB/internet/spams/index.jsp, vous pouvez porter plainte sur le site https://www.ecops.be/webforms/Default.aspx?Lang=FR (je ne suis pas responsable si ces liens, consultés en date du 11/11/2010, changent, on est bien d’accord).

Je préférais la procédure précédente, qui consistait à forwarder le mail indélicat avec une petite explication, comme dans l’exemple ci-après, mais bon…

Madame, Monsieur,
J’ai le déplaisir de porter à votre connaissance les faits suivants.
En date du 30.05.2006, nous avons reçu, mon mari et moi, sur nos adresses e-mails privées et professionnelles, plusieurs exemplaires du courriel « BMW  » en annexe.
Vous noterez que malgré les déclarations de l’entreprise qui s’occupe de la distribution de ces courriels telles qu’on peut les lire sur la page http://site-du-spammeur/privacy/, il n’est pas prévu de procédure pour mettre fin à ces envois et se faire rayer de la base de données et qu’en outre l’adresse de réponse est « noreply@spammeurbelge.be », ne laissant au destinataire aucune possibilité de faire part de son souhait de ne pas être sollicité.

Monsieur Spammer, qui décidément, se lasse bien vite de ses véhicules, récidive aujourd’hui avec une moisonneuse-batteuse (voir annexe).

Il s’agit pour moi de prospection directe commerciale telle que définie sur la page http://mineco.fgov.be/information_society/spamming/spam_fr.htm (c’est l’ancienne adresse).
Je vous remercie dès lors de prendre les mesures nécessaires.
Vous trouverez votre document officiel en annexe.
Vous remerciant de votre réponse, je vous prie de croire, Madame,Monsieur, en l’expression de ma considération distinguée.

Le Spam : conclusion (partielle)

Tout ce que je vous demande c’est de ne pas contribuer au spam en envoyant à quelqu’un un truc qu’il ne vous a pas demandé. Même si c’est drôle !

A la limite, surtout si c’est drôle : un grand merci à un de mes amis qui a voulu m’envoyer un powerpoint de 7Mb juste avant de partir pour quelques jours. Pour une raison obscure, le message a bouclé et je l’ai reçu 10 fois…  J’en ris encore, comme vous pouvez le constater.

1Cet exemple, complètement fictif, m’est inspiré par la proximité d’une fête dont le nom m’échappe à l’occasion de laquelle les enfants se déguisent, et suspendent des araignées en papier noir partout.
2En fait, si je ne recevais qu’un mail de ce type par jour, je serais bien contente. Mais vous aurez compris qu’il s’agit d’une simplification pédagogique…
3
Bien entendu, un mauvais payeur de mauvaise foi est également un fléau, mais heureusement, ce n’est pas un fléau quotidien. Au contraire du spam !

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. Cath permalink
    11 novembre 2010 12 h 06 mi

    Parfois le lien de désinscription sert à vérifier que l’adresse est bien valide et pas du tout à désinscrire.

  2. ika98 permalink
    11 novembre 2010 13 h 38 mi

    rien de pire qu’un mauvais payeur!!
    à choisir, je prefere le spam, car ces tristes individus, outre le fait de vous devoir du pognon, tres appreciable en ces temps de disette economique, sont bien generalement emplie d’une mauvaise foi à toute epreuve!!!
    je les hais!

  3. 21 novembre 2010 23 h 06 mi

    Moi aussi ça m’énerve le spam. Et parfois tu as beau te désinscrire, ils continuent à t’écrire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :