Aller au contenu principal

Organisez vos photos numériques

1 janvier 2013

Lien : http://www.organisons-nous.com/comment-organiser-vos-photos-numeriques

Le début de l’année est une période propice aux rangements de toutes sortes, y compris informatiques, comme vient de nous le rappeler le tutorial mensuel, consacré aux métadonnées du site www.cours-de-photo.be, .

Avec le boom des appareils photo numériques, des GSM avec appareils photo incorporés, des smartphones… nous nous retrouvons vite avec de très nombreux fichiers d’images voire de video. Comment les stocker, les montrer, les retrouver ?  Cela va se faire en deux temps : d’abord, une bonne organisation du support de stockage, ensuite une bonne organisation au sein de ce support. C’est là qu’interviennent les métadatas.

1. le support

Certains photographes conservent les images sur les cartes mémoire.  Celles-ci ont l’avantage de ne pas prendre beaucoup de place, mais elles sont relativement onéreuses. En outre, ce qui est petit est plus susceptible d’être perdu.  Cartes mémoires et clés USB me semblent partager ces inconvénients. Enfin, je me pose la question de la pérennité de ces supports.
Personnellement, je prends beaucoup de photos et je me suis découvert récemment un intérêt pour le montage vidéo… en plus, je conserve tout (les fichiers bruts, les photos retouchées, etc.).
Donc, l’organisation de mes images est pour moi une priorité.

Les photos des deux dernières années sont sur un disque dur rapide. Celles des années antérieures, sur des disques moins performants (j’y accède en principe moins souvent).
J’organise mes dossiers selon le principe de nommage suivant : 2013-01-01-reveillon-nouvel-an-famille-houtsiplou, où, vous l’avez deviné, la première partie du nom du dossier est formée par la date des prises de vue, puis le contexte « réveillon de nouvel an en famille », enfin le lieu : « Houtsiplou ».  Les mots clés du contexte peuvent être redondants, afin de m’aider à retrouver le « bon » dossier.
Après avoir supprimé les photos manifestement ratées, « récupéré » celles que l’on peut sauver, je fais des planches contact pour chaque répertoire. Je les imprime et elles vont rejoindre un classeur avec leurs copines de l’année. J’ai plusieurs classeurs pour chaque année. En cas d’urgence, on peut donc se partager les classeurs pour que chacun cherche THE photo bucolique de paysage enneigé qui fera la carte postale de fin d’année.
Parfois plus rapide que de chercher tous les dossiers dans le nom duquel apparaît « neige »…

Recherche d'un fichier sur le nom de celui-ci

Recherche d’un fichier sur le nom de celui-ci

En 2011, j’ai visité plusieurs musées. Windows me permet de faire une recherche sur le nom du dossier en utilisant la syntaxe « nom: »
Il a également retrouvé une planche contact, me rappelant cruellement que je dois encore créer celles-ci pour mes reportages plus anciens.

2. les images elles-mêmes

Le tutorial sur l’organisation des photos que l’on peut télécharger sur le site est très complet, je vous ferai donc un résumé rapide.

Avec les logiciels de traitement d’images et même Windows, on peut ajouter des mots-clés aux images pour décrire celles-ci.

Ceux-ci se stockent au sein même de celles-ci, on les appelle les données IPTC; elles accompagnent la photo lorsque celle-ci est copiée, déplacée, envoyée, hébergée sur internet… et on peut rechercher une image sur base de cette description pour autant qu’elle ait été renseignée). Pour l’ajouter et l’exploiter, il faut utiliser un logiciel de catalogage ou le système d’exploitation. La principale contrainte est donc de se forcer à traiter ses cartes mémoire dès que possible (ce que l’on appelle l’editing quand on veut briller dans les cocktails !) avec tout le boulot que cela implique : vérification technique des images, suppression des doublons, retouche… et ajout des metadonnées.  Puis les planches contact éventuellement.

Recherche d'une image sur base des données IPTC balise

Recherche d’une image sur base des données IPTC balise

3. archivage et backups

Avec mon système, la perte d’un disque dur se révélerait catastrophique (c’est déjà arrivé) si je ne procédais pas à des copies de sauvegarde. Je copie donc autant que répertoires que possible sur CD-ROM ou DVD-ROM. Les CD sont réputés plus résistants dans le temps, il faut cependant veiller à les recopier de temps en temps (mettons, tous les 5 ans pour ceux qui sont vraiment importants).  Je stocke toutes les planches contact en racine du CD, au format PDF.

J’ai mis au point un système d’indexation de mes cd et DVD mais il est trop complexe pour être abordé dans cet article.

Cependant, vous pouvez poursuivre votre lecture avec ces articles en rapport :

ou, dans les dossiers de http://www.cours-de-photo.be :

10 choses à faire pour rentabiliser les trajets en voiture

4 décembre 2012

Lien : http://www.organisons-nous.com/10-choses-a-faire-pour-rentabiliser-les-trajets-en-voiture

…selon les circonstances et bien entendu dans le respect de la législation !

Embouteillages, à l’arrêt

  • Conserver une lavette microfibres dans la voiture et profitez des arrêts pour faire les poussières
  • Jouer avec le GPS pour calculer des distances
  • Se recoiffer / faire une retouche maquillage / se limer les ongles (classique)

Avec les enfants

  • Revoir les tables de multiplication / le vocabulaire du cours d’anglais / les dates du cours d’histoire…

Avec son conjoint

  • Aborder un sujet délicat puisque vous avez réussi à le coincer. Pas trop délicat tout de même.

Autoroute / Trajet monotone

  • Apprendre ou revoir une langue étrangère (par exemple : « l’Anglais au téléphone ») grâce aux cours de langue sur CD de la médiathèque
  • Ecouter un audiolivre (toujours avec le concours de la médiathèque)

Avec un dictaphone

  • En voiture, j’ai souvent des tonnes de choses à noter : listes de courses, envies cadeau, lettres d’insultes à l’orthopédiste incompétent qui a prescrit des semelles inadaptées à mon fils…  un dictaphone se révèle incontournable pour ne pas perdre la trace de toutes ces idées.  Un smartphone « mains libres » peut convenir, bien entendu.

Enfin seule ?

  • C’est le moment ou jamais d’écouter à fond la musique qu’on est la seule à aimer dans la famille et surtout, chanter à tue-tête !

Organisez votre recherche d’emploi, vous gagnerez du temps !

18 novembre 2012

Lien : http://www.organisons-nous.com/organisez-votre-recherche-demploi-vous-gagnerez-du-temps/

Il fut un temps où, chef d’entreprise, je recrutais du personnel.  Je regrette cette époque bénie où mon aide de camp (ma ou mon secrétaire, selon le cas) m’apportait à intervalles réguliers un cappuccino pour m’aider à faire face à mes nombreuses responsabilités. Ce que je ne regrette pas du tout, par contre, c’est la paperasse et le coût scandaleux du personnel en Belgique !

Toujours est-il que je reçois encore régulièrement des candidatures spontanées…  je viens de faire l’audit complet et gratuit de l’une d’entre elles (ce qui ne veut pas dire que vous devez m’envoyer vos CV pour relecture sous prétexte que je suis une brave fille !) et il y a des erreurs flagrantes qui ont manqué m’éborgner chez la candidate n°1.  Appelons-la Aline. La semaine passée, j’ai aussi reçu une candidature à laquelle je n’ai pas répondu (candidat n°2, que nous appellerons Bart). Vous saurez pourquoi en lisant la suite.
Curriculum Vitae
En vrac :

Un CV pas mal, mais le candidat peut mieux faire…

  • Enfin un CV et une lettre de motivation avec seulement trois fautes d’orthographe…  Et oui, quel que soit le poste, il est hors de question que j’accorde la moindre chance à une personne incapable d’écrire une ligne sans faute (comme Bart).  La faute la plus courante : Exell  ou Excell pour le célèbre tableur de Microsoft.  Comment peut-on prétendre connaître un logiciel dont on écorche le nom ?  J’ai plus souvent vu des CV avec cette erreur que sans !
  • Une authentique lettre, envoyée par la poste, avec un beau timbre…  Bien ! Aline mentionne son adresse email, mais pas Bart.  Il imagine sans doute que je vais payer (outre l’électricité, le papier, l’encre, l’enveloppe, le timbre…) pour lui répondre.   J’ai répondu à Aline par email.
  • Malgré tout, l’adresse email à privilégier lorsque l’on postule est du genre prenom.nom@serveur.tld et pas bart_super_sex@serveurbizarre.truc. J’imagine que je ne dois pas expliquer pourquoi ? Bon, aline_81@yahou.tld reste correct…
  • Le CV en une page ! Voilà une idée qu’elle est bonne ! Tant qu’il n’est pas recto-verso (et oui, je pensais qu’après deux lignes d’expériences professionnelles, tout était dit…c’est par hasard que j’ai vu la suite).
  • Si ce ne sont pas vraiment des expériences professionnelles, pourquoi ne pas avouer « stages en entreprise » ? Surtout quand la lettre de motivation précise (je cite) « l’heure des prétentions à entrer dans un monde du travail que j’imagine épanouissant et enrichissant… »  Mais Aline a 31 ans !  Pour moi qui ai commencé à travailler dès mes 19 printemps, c’est plus qu’exotique !
  • Les diplômes, c’est bien. Moi-même, j’en ai quelques-uns (bien que j’aie commencé à travailler à 19 ans).  Mais ce qui prime, pour un recruteur, ce sont les compétences. Je ne vais pas engager quelqu’un pour rédiger un quatrième mémoire.
  • Vous saviez qu’avec votre adresse email, on peut faire une recherche sur Facebook ? C’est très intéressant. Une amie a longuement hésité à recruter Claudia… Elle devait prester certains dimanches dès 8h00.  Sur Facebook, on pouvait lire qu’elle faisait partie d’un groupe nommé « Si toi aussi tu aime (sic) faire la grace (sic) matinée le dimanche jusque 14h00 ».  Heureusement, Aline n’a pas créé de profil avec son adresse (ou elle l’a bétonné !).
  • Malheureusement, Aline ne précise pas quel poste elle aimerait occuper.  Chez Bart non plus, ce n’est pas très clair…  Aucun ne pense à me dire pourquoi il a choisi de postuler dans feu ma regrettée entreprise. J’ai toujours besoin de quelqu’un pour sortir les poubelles, dans le cadre des titre-services.  J’engage qui ?
  • Enfin, il est clair que Bart maîtrise la fonction « fusion / publipostage » de son traitement de texte…  C’est assez vague pour convenir à tout employeur, du restaurant à l’agence immobilière de grand standing.  Chaque opportunité de faire apparaître un champ personnalisé a été saisie et exploitée.  Trop à mon goût.  Par contre, à part dans l’adresse, Aline n’a en rien personnalisé son courrier. Elle ne sait même pas si je fus, enfant, une petite fille ou un petit garçon.  Elle me rappelle cruellement qu’avec mes cheveux courts, mes oreilles non  percées et mes pantalons, le doute était permis ainsi que me le fit remarquer le propriétaire du magasin de bonbons et jouets du coin.  Un mauvais point pour Aline qui m’a rappelé ce navrant souvenir de mes plus jeunes années.

Chercheurs d’emploi, voici le top des erreurs impardonnables

  1. Postuler dans une entreprise qui n’existe plus et se prétendre minutieux
  2. Postuler dans une entreprise qui n’existe plus et se prétendre compétent en recherche sur internet
  3. Dactylographier en dépit de toute orthographe et se dire perfectionniste
  4. Adresser exclusivement son courrier à « Monsieur »…  Mon opération de changement de sexe n’a pas échoué, que je sache !
  5. Ne mentionner aucune adresse email pour la réponse éventuelle.  Pas de téléphone non plus ?   C’est un secret inavouable ?
  6. Ne pas mentionner son objectif professionnel. J’aime les devinettes, mais quand même !
  7. Imprimer son CV en « Comic Sans »
  8. Illustrer son CV avec de petites fleurs (authentique)
  9. Annoncer d’emblée que l’on n’a pas son permis de conduire (à 31 ans…)
  10. Annoncer une situation matrimoniale vraiment suspecte comme « vivant maritalement avec un enfant scolarisé » (formulation bizarre, nous en conviendrons).

Cette liste à puce n’est pas triée.  L’ordre ne m’en est dicté que par mes souvenirs.

Crédit photo : http://www.flickr.com/people/desiitaly

Les astuces de rangement d’AppolineR

6 octobre 2012

AppolineR a compilé ses meilleures astuces de rangement et désencombrement (en format PDF) dans un livret illustré et plein d’humour.  Ca commence par « Réfléchissons avant de faire entrer de
nouveaux objets dans la maison ». Une des raisons qui ont motivé mon récent déménagement ! Avant d’emballer quoi que ce soit, je me suis posé la question à plusieurs reprises : « vais-je encore m’en servir  ? Quand m’en suis-je servie la dernière fois ? Qui s’en apercevra, si je l' »oublie »1 ?

On essaye aussi de prendre, dès le début, de bonnes habitudes : ne pas recommencer à encombre l’entrée (une des pièces à ranger / garder en ordre en premier lieu d’après Appoline) ! Mais le manque actuel de meubles ne me rend pas la tâche facile.

Bref, allez télécharger son livret sur son site à l’adresse http://fr.apolliner.com/2012/09/astuces-rangement-desencombrement et n’oubliez pas de lui laisser un commentaire pour la remercier !

 
1Note pour mon mari : ceci concerne les enfants, certainement pas toi mon amour !

Déménagement : l’ancien locataire a été méchant avec nous :-(

5 octobre 2012

Voilà, nous avons enfin pris possession des lieux, après bien des difficultés pour obtenir un bail commençant le premier du mois (c’est quand même beaucoup plus logique, surtout quand le 1er est un lundi. Non ?).

L’ancien locataire, manifestement, n’a pas trop apprécié mon insistance à lui succéder le 1er et pas le trois ou le quatre (je suis désolée mais si je signe pour le premier, que je paye le loyer dès le premier, que je suis responsable dès le premier,  j’entre le premier !).

Voici ses cadeaux de bienvenue :

  • un nettoyage très superficiel, d’ailleurs mentionné dans l’état des lieux…  allergie à l’eau de javel ?
  • la vidange de la cuve à mazout (pas de chauffage ni d’eau chaude, sympa…  et une délicate odeur imprégnant toute la maison)
  • des oublis peu hygiéniques (rognures d’ongles par exemple… beurk ! et je ne vous dis pas l’état de la poubelle… )
  • le refus de signer les documents de transfert d’électricité (il reste quatre euros sur le compteur à carte, je crois que j’ai bien faire de prendre des chandelles).
  • l' »oubli » de nettoyer la terrasse au désherbant  ?

Pour le contacter, ça va être difficile : je crois que l’adresse qu’il m’a donnée n’existe pas.

 

Déménagement : la remise des clés

30 septembre 2012

Lien direct :http://www.organisons-nous.com/demenagement-la-remise-des-cles

Ca fait un moment, n’est-ce pas ? La raison en est dans le titre.

Les personnes qui suivent organisons-nous sur Facebook doivent s’étonner de me voir passer sans transition de « nous refaisons la cuisine » à « nous préparons un déménagement imminent« . Avec les explications adéquates, la logique de tout cela apparaîtra.

En attendant, j’ai déjà chargé mes caisses en vue de la réception des clés, prévue pour demain.

Les caisses : le point définitif sur la question (avant débriefing en tout cas)

Concernant les caisses, je vous renvoie aux notes que j’avais prises à l’époque du déménagement de Céline (enfin, l’avant-dernier…).  En l’occurrence, à titre de mise à jour, j’ai numéroté tous les cartons sur 5 faces (en rouge) en leur attribuant une priorité (en vert).  Inventaire du contenu, priorité et fragilité éventuelle gérées en mind mapping sur ma tablette Archos (voulez-vous en savoir plus sur le mind mapping ?). Tous mes cartons ont été remplis d’une manière qui a laissé mon mari perplexe : les assiettes enrobées dans les draps de lit, en particulier. Pourquoi transporter des journaux qui saliront éventuellement les assiettes et dont il faudra en outre se débarrasser alors qu’il faut aussi déménager les textiles ?

A titre d’aide-mémoire, voici ce que je prévois d’emporter demain

  • Ma tablette Archos (forcément, elle contient l’inventaire !)
  • Une bouilloire pour faire du café (ma Senséo étant prise d’incontinence – elle n’a pas deux ans !) et les  consommables y relatifs
  • Toutes les caisses « A » et une partie des « B », tant que ça entre dans la voiture. On complète avec des sacs en plastique qui peuvent s’écraser (vêtements par exemple)
  • Tout un matériel de nettoyage : ben oui, dans quel état sera la maison ?
  • Un appareil photo pour  témoigner de l’état dans lequel sera la maison. Ca pourra servir pour l’état des lieux.  Toujours prévoir le pire !
  • Des paillassons (pas la peine de tout salir si pas indispensable) .  Beaucoup.
  • Des cales pour maintenir les portes ouvertes.
  • Bics, post-its, mon carnet de notes dans lequel j’ai noté horaires, contacts, et adresses.
  • Du papier wc ! Des ciseaux, un cutter, un mètre… tout cela dans la caisse « café ». Je serais fort étonnée qu’elle ne soit pas la première ouverte.  Priorité A++ pour la caisse « café ».
  • De la musique (ici aussi, tablette Archos)
  • Une paire de gants « spécial déménagement ». J’en profite pour remercier encore une fois l’ami inestimable qui me les a offerts.
  • Le chargeur du GSM et bien entendu le GSM lui-même
  • Une liste de courses-type vierge (dans le cahier)

Je déménage à la campagne et je suis certaine, ayant bien repéré les lieux à plusieurs reprises, que je pourrai me garer devant la maison.  Sinon, je demanderais à avoir ces fameux panneaux (payants) pour réserver les places de stationnement. Ils vous permettent d’appeler la police pour faire déplacer les véhicules indélicats. Pas de sensiblerie ! C’est votre dos qui est en jeu, quand vous ne risquez pas de vous faire renverser en traversant une avenue à forte circulation.

Comme je ne dois pas quitter la maison actuelle dans les tout prochains jours, je ne déménagerai pas de meubles lors du premier voyage.  Chaises (pliantes), table (pliante) et divan (style chauffeuse) feront partie du second trajet.

Les documents : comment les organiser

5 août 2012

Lien :

Par document, on peut entendre soit un document imprimé, soit un document numérique.

Personnellement, je considère que les seconds sont plus faciles à gérer que les premiers. Nous nous sommes donc équipés d’un scanner avec avaleuse afin de numériser tout ce qui peut l’être ! Cette astuce m’a déjà fait gagner un temps considérable, et je ne parle même pas de la place qu’il aurait fallu consacrer à toutes ces piles de paperasse si nous nous étions résolus à tout conserver (ben oui, on scanne pour jeter sans remords).

Malheureusement, il faut bien conserver certains originaux. Mais la numérisation systématique permet d’avoir, potentiellement, toujours une copie sous la main.

Bon, et les document numérisés, on en fait quoi ?

On les classe, pardi ! Non pas dans des dossiers bien alignés mais dans des dossiers bien hiérarchisés. Et éventuellement, sur internet quand on a le temps d’avoir un blog.

J’expliquais dans un article relatif à l’organisation du courrier électronique que la structure de mon logiciel d’emails reflétait la structure de mon disque dur…

En résumé, mon disque local est partitionné :

Organisation de mes données informatiques : notez le disque professionnel (H:) et le disque à usage privé (G:). Un disque réseau (U:) est partagé en réseau avec mon mari. On y stocke notamment ce qui intéresse toute la famille et auquel chacun doit pouvoir accéder.

Ce qu’on numérise est généralement privé (le boulot se présente souvent sous forme électronique…).

Dans un de mes emplois précédents, j’avais une collègue qui numérotait tous ses dossiers. Pour moi qui ai une mémoire des nombres à la fois impressionnante et inutile, ce système convient bien. En fait, ce qui doit apparaître en premier lorsqu’on applique un tri alphabétique (qui devrait plutôt s’intituler tri alphanumérique) commence par un nombre plus ou moins important de zéros. Et pour ne pas oublier d’archiver ou de traiter, je fais apparaître ce qui doit l’être en premier.

Puis, ce que je n’ai pas envie de chercher pendant trois heures (un peu de musique par exemple, ou des images pour illustrer l’un ou l’autre de mes propos). Puis les blogs, les listes, etc.

Bien entendu, chaque dossier comporte des sous-dossiers, etc. Soyons exemplatifs avec le contenu du répertoire G:0_organisons-nous (oui, celui-ci est en 00 et pas en 20 parce que j’y mets également des fichiers relatifs à l’organisation en général ou à mon organisation personnelle et que je ne publie pas nécessairement sur http://www.organisons-nous.com.

Dans un dossier général, je n’utilise pas nécessairement le préfixe numérique, mais je pourrais 🙂

Pour une double raison, les documents numérisés se retrouvent généralement sur le disque dur familial (1. parce que mon mari les numérise et 2. qu’ils doivent être accessibles par tous).

Il scanne en particulier les productions artistiques de notre créative famille… ça nous permet de jeter les peintures et autres croquis des enfants sans culpabiliser.

Quel est l’intérêt de poster ses recettes de cuisine ou les dessins de ses enfants sur wordpress ?

Une fois qu’ils sont transformés en fichiers, certains de ces documents sont publiés sur un blog. Cela permet de les partager avec la famille, de retrouver et parcourir relativement facilement tout ce qui a comme tag le prénom d’un des enfants, et d’y accéder de partout (personnellement, je mets certaines informations comme des adresses et des horaires de magasins sur mon blog privé qui n’intéresse que moi…). Quant aux recettes de cuisine, j’ai été très heureuse de les poster quand je me suis rendu compte du confort de les lire sur ma tablette PC dans la cuisine !

Et quand je veux en faire profiter un ami, je n’ai qu’à lui donner le lien, on gagne beaucoup de temps en copier / Coller.

Tous les articles traitant du classement des documents, à ce jour :

Pourquoi J’aime ma tablette archos

25 juillet 2012

En premier lieu c’est un cadeau.   Et un cadeau que je souhaitais, car je pressentais qu’il  me serait fort utile et que je prendrais beaucoup de plaisir à l’utiliser.

Ensuite, elle me sert à tout un tas de  choses  auxquelles je n’avais jamais rêvé…

  • Mettre a jour mes blogs depuis mon lit
  • Faire hurler la musique pendant que je prends ma douche
  • Dicter mes recettes de cuisine (activité  particulièrement plaisante si une amie participe : la reconnaissance  vocale provoque généralement des surprises hilarantes)
  • Faire patienter les enfants dans chez l’orthopédiste (contre-avantage : ce dernier étant manifestement incompétent et réfractaire à  la technologie a préféré employer les ressources de son intelligence (limitée ?)  à tenter de me convaincre que j’incarnais la mère inapte et inattentive).
  • Écouter des romans enregistrés pour m’endormir ou dans mon bain
  • Faire des cartes heuristiques sur tout et n’importe quoi …  l’application Mindjet, disponible sous Androïd, peut enregistrer au format Xmind. Appréciable pour synchroniser avec son PC !
  • Vu que j’encode généralement les recettes de cuisine sur un blog WordPress, ma tablette me sert souvent de livre de cuisine !  Elle est d’ailleurs plus facile à utiliser.

Mon homme me fait toujours des supers cadeaux. Merci mon homme !

Comment ma tablette m’aide-t-elle à m’organiser et à mieux gérer mon temps ?

Mindjet, comme toute application de création de cartes heuristiques, me permet d’envisager tous les aspects d’un problème ou d’un projet.
je m’en suis deja servie également comme liste de courses, aide mémoire  de mes multiples maux lors d’un rendez-vous chez le médecin, ou pour des notes préliminaire de réunion.

Google Calendar,  que j’utilisais déjà en particulier pour les plannings, est preinstallé sur les Archos, Je m’en sers donc pour prendre mes Rdv (et ceux de la famille) quand je suis en déplacement.

Enfin, j’ai chargé sur une carte sd des e_books je peux consulter à peu près partout.

Il y a certainement encore beaucoup d’autres applications utiles je n’utilise pas mais que je ne demande qu’à découvrir !

( Article dicté à la tablette, pas encore relu)

Je n’ai pas de sac à main, et je m’en passe fort bien !

15 juin 2012

Lien : http://www.organisons-nous.com/s-organiser-sans-sac-a-main

Évidemment,  comme je ne fais rien comme tout le monde, j’ai renoncé depuis longtemps à m’encombrer d’un sac à main.

Les avantages

  • Je n’ai pas peur de me faire voler mon sac
  • Je dois pas me préoccuper de l’endroit où je peux le déposer (Par terre ? Le sol est-il assez propre ? Sur une chaise ? Ne vais-je pas en priver quelqu’un ? Sur mes genoux, ne va-t-il pas me gêner ?)
  • Je ne dois pas non plus me soucier de l’endroit où j’ai pu le  laisser : distraite, j’oublie ou je perds tout, en particulier les parapluies
  • Si l’endroit où je me rends nécessite que j’emporte quelqu’autre type de sac (sac de sport, ordinateur portable dans sa trousse, sac photo..), je ne m’encombre que d’un sac, sans avoir à transvaser le contenu du premier dans le second. Pour oublier de refaire l’opération inverse une fois le projet terminé.
  • Je ne dois jamais ranger ou vider mon sac et enfin,
  • Le budget « Maroquinerie » est symbolique.

Comment se passer de sac à main ?

Cette décision de renoncer à mon dernier sac m’est venue de l’observation de la moitié de la population qui s’en passe fort bien, encore que par un curieux revirement de situation, on trouve maintenant des sacs pour hommes. Citons d’ailleurs Wikipedia, :

« Dans le monde, le sac à main est presque exclusivement porté par des femmes. Certaines féministes y voient d’ailleurs un asservissement de la femme, puisque son port n’est justifié que par l’existence de nombreux accessoires (comme le maquillage) que la société rend nécessaires à la femme alors que l’homme s’en dispense. »

C’est clair que dès le moment où vous ne devez pas vous encombrer d’un nécessaire à maquillage, d’un portefeuille complet avec cartes de fidélité, petite monnaie,  photos de toute la famille, etc., c’est déjà plus facile. Et vous aurez compris depuis longtemps que l’élégance et la féminité ne font pas partie des compétences que ma mère a réussi à m’inculquer (ce qui la désole dans une certaine mesure,  mais bon !).

Burberry sac à main

Personnellement, je suis une adepte des poches

La plupart du temps, votre veste peut contenir vos clefs, votre carte de paiement, votre smartphone (ce truc qui sert à prendre des photos, des rendez-vous, et à ecouter du hard rock dans la salle d’attente du kiné pour échapper aux bavardages et aux plainte des nourrissons sous kiné respiratoire…

Portefeuille ?

Pourquoi faire ? Il existe certains cas où, effectivement, on pourra vous réclamer vos papiers d’identité mais vous pouvez toujours le prévoir à l’avance.   Votre permis de conduire peut très bien rester dans le véhicule (pourquoi en auriez-vous besoin si vous ne conduisez pas ?).  Donc, pas de portefeuille avec soi (on ne se le fait pas voler, on le le perd pas, on ne le remplit pas de plein de trucs… c’est pratique !)

Où ranger les cartes de fidélité ou de réduction diverses (supermarchés – pharmacie – abonnements…) ? Dans une sorte de portefeuille secondaire qui reste, lui aussi, dans la voiture.  Ainsi, il ne vous arrivera jamais la mésaventure de faire 200 km pour vous rendre à Bellewaerde pour, une fois sur place, constater que vous n’avez pas les « family golden pass ».

D’autres types de sacs

Pour conclure, j’ai mentionné l’existence de sacs contextuels (sacs de sport, cartable pour les réunions professionnelles quand je n’emporte pas de pc portable…). Je suis une adepte de la redondance :  vous trouverez des écouteurs dans mon sac de gym et une autre paire dans la trousse de la tablette que j’emporte maintenant chaque fois que je prévois d’attendre (en particulier à moins de 200 mètres de bébés atteints de bronchiolite…).  J’ai du papier et un plumier dans une des poche de la trousse de mon portable et de la tablette…

En fait, je suis comme beaucoup d’hommes : je n’ai pas la moindre idée de ce qu’une femme met dans son sac à main !

Crédit photo : sac burberry par Rdsmith4 (Travail personnel) [CC-BY-SA-2.5 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.5)%5D, via Wikimedia Commons

L’informatique et mes enfants

23 avril 2012

Lien : http://www.organisons-nous.com/informatique-internet-enfants

Pour diverses raisons, je désapprouve que les enfants accumulent les jouets.

La plupart de ce que je vois arriver appartient à une des catégories suivantes : laid, trop sophistiqué pour faire réellement appel à l’imagination, cher, fragile, voire dangereux (marchez sur une petite pièce en plastique et dites-moi ce que vous en pensez !).
J’ai d’ailleurs écrit un article sur le jouet idéal pour la tranche 5 – 9 ans (la tranche qui me préoccupait à l’époque).

Cependant, il est difficile de refuser systématiquement les cadeaux.

Heureusement, mes parents ont l’intelligence de demander ce qu’il serait pertinent d’offrir aux enfants.  Le grand’père paternel fait, quant à lui, un virement.

Ces dernières années, les cadeaux de Noël ont donc consisté en :
abonnements « famille » dans divers parcs (d’attraction / animaliers) : Walibi + Aqualibi + Bellewaerde dont le prix vient malheureusement d’augmenter de manière conséquente, Paradisio (Pairi Daiza), etc. C’est quasiment devenu une tradition.
appareils photo numériques. Ceux qu’on offrirait à un adulte, pas les modèles pour enfants qui sont plus chers, pas spécialement plus faciles à utiliser et surtout très limités. La rusticité de l’appareil est un très bon critère à considérer… Dommage que les modèles « baroudeurs » soient encore aussi onéreux.
ordinateur portable. Nous craignions que le partage n’engendre quelques heurts, mais cela se passe remarquablement bien entre les trois utilisateurs concernés.

Quelques points à considérer pour partager un Pc entre trois enfants

La partie la plus conséquente du cadeau n’a pas été financière, mais le temps qu’il a fallu pour configurer intelligemment la bête (quelques semaines tout de même… pas à temps plein bien sûr mais dans le plus grand secret !).
Chacun a son propre profil. Sans mot de passe. Cela viendra peut-être plus tard…
Windows 7 permet de configurer assez finement l’installation de logiciels. Sans le mot de passe administrateur, pas d’installation possible ! Evidemment, un adulte doit intervenir à chaque fois, mais c’est un prix assez faible pour la tranquilité d’esprit offerte.

Quels logiciels pour les enfants ?

  • La suite bureautique en open source (traitement de texte, tableur…)
  • Photoshop Elements et Premiere Elements (mon fils aîné s’intéresse à tout ce qui est en rapport avec le cinéma… le montage vidéo est un loisir amusant pour tous; les deux aînés font un peu de photo.)
  • Un logiciel d’architecture (attendez les soldes, nous avons payé environ 9 € pour trois licences !)
  • Xmind est une façon ludique et agréable de faciliter la préparation d’un exposé. Ma fille (10 ans) l’adore !

Pour les jeux, la médiathèque est notre meilleure amie ! Tout ce qui est du type « tapons sur tout ce qui bouge » est banni. La médiathèque liquide souvent des medias (dont les jeux et divers logiciels…) à 2 €. Et en cas de réel intérêt pour un jeu de stratégie, il y a peut-être moyen de rendre un enfant très heureux pour 9 € sur ebay…
Les enfants consomment aussi des logiciels d’auto-formation.

Les enfants sur ordinateur

Internet ?

Une grande question a été celle de l’accès à internet. Hors de question de laisser les enfants naviguer sans surveillance dans des eaux qui peuvent se révéler assez troubles… et on ne peut pas toujours rester derrière eux… Nous avons finalement choisi de leur laisser un accès restreint : les sites doivent être autorisés pour être consultés.
En fonction des demandes (notamment celles liées à la question scolaire, car en quatrième primaire, on voit arriver des devoirs qui requièrent des recherches, pas seulement en bibliothèque…), nous ajoutons l’un ou l’autre site à la liste.
A noter que je n’ai pas trouvé le moyen d’utiliser d’autre navigateur qu’internet explorer pour le faire.
Enfin, le professeur d’informatique a créé des adresses emails (sur zou.be) pour chacun de ses élèves, mais j’ai quand même installé thunderbird pour les échanges avec les grands’parents et quelques autres personnes (c’est moi qui gère le carnet d’adresses).

Et vous, comment gérez-vous les nouvelles technologiques avec vos pré-adolescents ou vos enfants plus jeunes ?